Dialogue interactif sur la situation des droits de l’Homme en Libye

43ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif sur le rapport du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme sur la Libye

Intervention de la France

Genève, 18 Juin 2020

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,
Merci Madame la Haute-Commissaire pour ce rapport.

1/ Des violations graves du droit international humanitaire et des droits de l’Homme continuent d’être commises en Libye.
Les principales victimes en sont les civils et la crise du COVID-19 s’ajoute à leur fardeau. La France appelle toutes les parties à respecter leurs obligations au regard du droit international humanitaire, y compris la garantie d’un accès complet, sûr, sans entrave et durable aux services et personnels humanitaires.

2/ La lutte contre l’impunité des auteurs de crimes graves et l’établissement des responsabilités constituent une des clés de résolution du conflit. Elles incombent en premier lieu aux autorités libyennes : l’établissement d’institutions judiciaires indépendantes et fortes est indispensable à la stabilité en Libye.
La France appelle les parties libyennes à coopérer pleinement avec la Cour pénale internationale, notamment en facilitant l’accès de la cour aux lieux concernés, témoins et renseignements utiles et en respectant ses décisions.
Les travaux du Conseil pour appuyer la lutte contre l’impunité doivent être encouragés.

3/ La résolution durable de ces défis passe par la recherche d’une issue politique à la crise libyenne. La France s’est pleinement engagée pour que les parties libyennes reprennent les négociations dans le cadre du Comité militaire mixte 5+5 sous l’égide des Nations Unies, en vue de parvenir rapidement à un cessez-le feu durable. Il s’agit d’une étape clé pour mettre en œuvre les conclusions de la conférence de Berlin.
Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 18 juin 2020