Dialogue interactif avec le groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires

45ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif avec le groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires

Intervention de la France

Genève, 21 Septembre 2020

La version prononcée fait foi.

Merci Madame la Présidente,

Mesdames et Messieurs les membres du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires,

Nous célébrons cette année le quarantième anniversaire du groupe de travail, créé sur l’initiative conjointe de l’Argentine, de la France, du Japon et du Maroc. Depuis le début de vos travaux, plus de 58 000 cas de disparitions forcées dans le monde ont été recensés. Ce travail est indispensable pour les familles des victimes et contribue directement à leur quête de justice et de vérité. La France encourage tous les États à lutter efficacement contre la pratique des disparitions forcées et à prendre toutes les mesures pour que les responsables de ces pratiques, quels qu’ils soient, ne restent pas impunis.

Cette année marque également les dix ans de l’entrée en vigueur de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, qui compte désormais plus de 60 Etats parties. La France encourage vivement l’ensemble des Etats à ratifier sans délai la Convention et à reconnaître la compétence du Comité contre les disparitions forcées sur leur territoire.

Les observations du groupe du travail sur la recrudescence des disparitions forcées dans le contexte de pandémie de Covid-19 sont particulièrement préoccupantes. Aucune circonstance ne justifie cette pratique inhumaine.

La France salue à nouveau votre travail et votre engagement et appelle tous les Etats à coopérer avec vous.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 21 septembre 2020