Dialogue interactif - Expert indépendant pour la Côte d’Ivoire

35ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif avec l’expert indépendant pour la Côte d’Ivoire

Intervention de la France

Genève, le mardi 20 juin 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration prononcée par l’Union européenne.

La France remercie M. Mohammed Ayat pour la présentation de son rapport final et salue la bonne coopération des autorités ivoiriennes avec l’expert indépendant.

Depuis que ce Conseil a décidé en 2011 d’assurer un suivi de la situation en Côte d’Ivoire, les efforts entrepris pour tourner la page de la crise ont permis d’importants progrès en matière d’Etat de droit et de respect des droits de l’Homme. La fermeture de l’ONUCI d’ici le 30 juin témoigne aussi de la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

Des défis demeurent néanmoins, et l’engagement déterminé des autorités ivoiriennes reste nécessaire pour les relever.

La lutte contre l’impunité constitue tout particulièrement une priorité, notamment pour les graves violations des droits de l’Homme commises lors de la crise post-électorale de 2010-2011. La France encourage les autorités ivoiriennes à approfondir les mesures prises à cet égard, afin que tous les responsables de ces crimes, quel que soit leur camp, en répondent devant la justice.

De telles avancées sont indispensables à la réconciliation durable dans le pays. La publication à l’automne 2016 du rapport final de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation est également une étape importante, et la France appelle à un suivi attentif de ses recommandations.

Les cas de mutineries depuis janvier 2017 ont également souligné l’importance de mener à bien le processus de réforme des secteurs de sécurité, afin de permettre une stabilisation durable de la Côte d’Ivoire. Les efforts entrepris dans ce secteur par les autorités ivoiriennes doivent être soutenus par les partenaires internationaux.

Il est important que la communauté internationale continue à soutenir les efforts des autorités en faveur d’un meilleur respect des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, et que le Conseil des droits de l’Homme en particulier continue d’être vigilant à ce sujet. La France soutient donc l’initiative ivoirienne d’une déclaration du président du CDH sur cette situation.

Je vous remercie./.

publié le 20/06/2017

haut de la page