Dialogue avec la rapporteure sur la situation en Erythrée

34ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif avec Mme Sheila B. Keetharuth, Rapporteure spéciale sur la situation des droits de l’Homme en Erythrée

Intervention de la France - 13 mars 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Nous remercions la Rapporteure spéciale sur la situation des droits de l’Homme en Erythrée pour sa présentation orale.

La France encourage à nouveau les autorités érythréennes à coopérer avec la Rapporteure spéciale, ainsi qu’avec l’ensemble des mécanismes des Nations Unies, y compris en leur autoriser l’accès à leur territoire. La coopération avec les mécanismes des droits de l’Homme constituent pour les autorités des opportunités d’échanger et de présenter leurs points de vue.

La situation des droits de l’Homme en Erythrée continue de requérir l’attention de ce Conseil. La France rappelle sa profonde préoccupation quant aux conclusions de la commission d’enquête, selon lesquelles certaines des violations des droits de l’Homme qui ont été commises dans le pays sont constitutives de crimes contre l’humanité du fait de leur caractère systématique et généralisé.

Nous exhortons les autorités érythréennes à agir pour permettre une amélioration de la situation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales dans le pays, en particulier en prenant des mesures concrètes pour mettre en œuvre, avec le soutien de l’UE et des Nations Unies, les recommandations qu’elles ont acceptées dans le cadre de l’examen périodique universel.

Les contacts établis entre les autorités érythréennes et le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, y compris par des visites sur place, sont positifs. Nous encourageons l’Erythrée à poursuivre en ce sens en envisageant la création d’un bureau local du HCDH, conformément à la résolution adoptée par ce Conseil.

Madame la Rapporteuse spéciale,

Dans sa résolution de juin 2016, le Conseil des droits de l’Homme encourageait l’Union africaine à établir une enquête en vue de permettre de poursuivre en justice les responsables des violations des droits de l’Homme identifiés dans le rapport de la commission d’enquête : quels contacts envisagez-vous avec l’UA à cet égard ?

Je vous remercie./.

publié le 15/03/2017

haut de la page