Dialogue avec la Mission d’établissement des faits au Venezuela

45ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue avec la Mission d’établissement des faits au Venezuela

Intervention de la France

Genève, 23 septembre 2020

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les membres de la Mission d’établissement des faits,

La France soutient votre travail et regrette vivement l’absence de coopération des autorités vénézuéliennes avec vous.

La France est préoccupée par l’ampleur des violations des droits de l’Homme établies par la Mission d’établissement des faits. Elle rappelle qu’il est attendu du Venezuela, en tant que membre élu de ce Conseil, qu’il respecte l’Etat de droit et les engagements internationaux qu’il a librement souscrits.
La France appelle les autorités vénézuéliennes, les forces de police et les services de renseignement à mettre un terme aux violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales des opposants politiques, des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes.

Elle demande aux autorités de prendre toutes les mesures pour mettre fin aux exécutions extrajudiciaires, aux détentions arbitraires et prolongées, aux disparitions forcées et à la torture des personnes en détention et à enquêter de manière indépendante et impartiale sur ces violations. Elle rappelle qu’en application du principe de complémentarité, en l’absence de poursuites par la justice vénézuélienne, la Cour Pénale Internationale peut exercer sa compétence.

Enfin, la France appelle à l’ouverture de l’espace humanitaire au Venezuela afin de permettre aux acteurs humanitaires et onusiens de fournir une assistance aux personnes dans le besoin, conformément aux principes humanitaires.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 23 septembre 2020