Dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi

45ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi

Intervention de la France

Genève, 22 septembre 2020

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les membres de la Commission d’enquête,
La France vous remercie vivement.

Les violations des droits de l’Homme décrites dans ce rapport, comme dans les rapports précédents de la Commission d’enquête sont préoccupantes, y compris pour la période pré-électorale. La France rappelle son attachement à la lutte contre l’impunité et appelle les autorités burundaises à traduire en justice les responsables. Elle encourage les autorités burundaises à coopérer avec la Cour pénale internationale pour les crimes visés par le Statut de Rome commis sur le territoire burundais entre 2004 et octobre 2017.
L’élection du Président Ndayishimyie dans des conditions relativement pacifiques est l’occasion pour le Burundi de sortir définitivement de la crise qu’il traverse depuis 2015, d’apaiser les tensions et de mettre un terme aux violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Ainsi, la France encourage les autorités burundaises à renouer un dialogue ouvert et transparent avec les mécanismes internationaux de promotion et de protection des droits de l’Homme, dont le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations Unies et se tient disposée à travailler à leurs côtés à cet égard.
Enfin, la France souligne de nouveau l’importance de garantir un accès humanitaire sûr et sans entrave, dans le respect des principes humanitaires.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 23 septembre 2020