Déclaration transrégionale sur l’intensification des efforts pour éliminer toutes les formes de violences sexistes, sexuelles et domestiques

Déclaration transrégionale sur l’intensification des efforts pour éliminer toutes les formes de violences sexistes, sexuelles et domestiques - en français

44ème session du Conseil des droits de l’Homme

Déclaration transrégionale sur l’intensification des efforts pour éliminer toutes les formes de violences sexistes, sexuelles et domestiques

Genève, 30 juin 2020

Madame la Présidente,

J’ai l’honneur de prononcer cette déclaration transrégionale au nom d’un groupe de 41 pays – une liste complète sera téléchargée sur l‘extranet.

La pandémie de COVID-19 a conduit à une explosion mondiale des violences sexistes, sexuelles et domestiques, hors ligne comme en ligne, y compris à l’encontre des femmes défenseures des droits. Selon l’ONU, les signalements de violences domestiques ont augmenté de 30% à près de 200% dans certaines régions du monde. Le Secrétaire général des Nations Unies a qualifié ce fléau de « pandémie de l’ombre ». Les violences sexistes et sexuelles demeurent la violation des droits humains la plus répandue : une femme sur trois a été la cible de violences sexistes et sexuelles, dans la plupart des cas de la part de leur conjoint ou ex-conjoint.

Cette pandémie de l’ombre a souligné l’urgence de renforcer notre action pour éliminer les violences sexistes et sexuelles, tout comme les solutions innovantes développées par la société civile et les organisations de défense des droits des femmes. Nous saluons à cet égard les politiques et mesures innovantes mises en place aussi bien par les gouvernements que par la société civile dans le contexte de la crise pour prévenir ces violences, faciliter les signalements de violences sexistes et sexuelles, et garantir aux femmes et aux filles le droit de vivre libres de toute violence. Ainsi, les technologies en ligne, la mobilisation de commerces, de pharmacies, d’hôtels ou d’autres services se sont révélés particulièrement efficaces pour permettre aux victimes de trouver refuge et soutien.

Madame la Présidente,

Nous appelons tous les gouvernements à renforcer les mécanismes de réponse, y compris en considérant les services de protection et de santé, dont les services de santé sexuelle et reproductive, comme des services essentiels en temps de crise pour toutes les femmes et les filles. En cette année anniversaire symbolique pour les droits des femmes, nous pouvons et devons partager nos pratiques et nos politiques nationales ambitieuses et intersectionnelles pour assurer et protéger les droits des femmes et des filles. A cette fin, nous publierons un guide pratique qui compilera les politiques efficaces mises en place par les gouvernements en réponse à la crise. Cet outil sera à la disposition de l’ensemble des décideurs publics pour renforcer la lutte contre les violences faites aux femmes.

La 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, la journée internationale pour l’élimination de toutes les violences contre les femmes et les filles et le Forum Génération Egalité seront autant d’occasions dont nous devons nous emparer pour intensifier cet élan international en vue de l’élimination de toutes les formes de violences sexistes, sexuelles et domestiques.

Joint Statement on the intensification of efforts to eliminate sexual and gender-based violence - in English

44th session of the Human Rights Council

Joint Statement on the intensification of efforts to eliminate sexual and gender-based violence

Geneva, 30 June 2020

Madam President,

I have the honor to deliver this statement on behalf of a group of 41 countries – a full list will be uploaded to the HRC extranet.

The COVID-19 pandemic has led to a global increase in sexual and gender-based violence, online and off-line, including against women human rights defenders. According to the UN, domestic violence reports have increased from 30 % up to 200 % in certain regions of the world, making it the “shadow pandemic” as named by UN Secretary General. Sexual and gender-based violence remains the most widespread violation of human rights : 1 in 3 women in the world has experienced a form of gender-based violence, in most cases from current or former intimate partners.

This “shadow pandemic” has revealed the urgency of intensifying action to eliminate sexual and gender-based violence, and the innovative solutions developed by civil society and women’s organizations. We welcome the innovative policies and initiatives implemented by governments and civil society in answer to this crisis to prevent and facilitate the reporting of sexual and gender-based violence and to ensure the right of women and girls to a life free from violence, including through the use of digital technologies, help-lines or the mobilization of grocery stores, pharmacies, hotels and other services providers to help victims find safe spaces and support.

Madam President,

We call on all governments to reinforce the response mechanisms, including by considering protection and health care services, including sexual and reproductive health services, as essential services for all women and girls. In this anniversary year for women’s rights, we must promote the exchange of best practices to implement ambitious and intersectional public national policies to guarantee the promotion and protection of women’s and girls’ rights. To this end, we will publish a comprehensive handbook to collate the good practices that have been implemented by governments in response to this crisis to create a tool for all policy-makers.

The 75th session of UNGA, the international day for the elimination of all forms of violence against women and girls and the Generation Equality Forum will be valuable opportunities to galvanize international efforts to eliminate all forms of sexual and gender-based violence.

Dernière mise à jour le : 30 juin 2020