Déclaration de la France sur les médicaments falsifiés

64ème Assemblée Mondiale de la Santé

Déclaration de la France sur les médicaments falsifiés

* * * * * *

La France soutient pleinement la déclaration prononcée par la Hongrie au nom de l’UE.

La lutte contre les médicaments falsifiés constitue une priorité pour la France en matière de santé internationale. Nous considérons qu’il est urgent de lutter contre ce fléau croissant pour la santé publique.
Ce qui nous importe avant tout, c’est la sécurité des médicaments, afin de protéger la santé des populations.

Que nos partenaires soient rassurés : la lutte contre les médicaments falsifiés ne vise aucunement à entraver le commerce des génériques. D’autant plus que ceux-ci sont également concernés par ce problème.

S’agissant de la terminologie à utiliser, nous estimons que celle de « médicaments falsifiés » est la plus pertinente et considérons que le travail de définition effectué au sein du groupe intergouvernemental a déjà commencé à identifier leur particularité et la nécessité d’une action spécifique.

Nous estimons que l’OMS doit continuer à jouer un rôle central dans le domaine du médicament et dans la lutte contre les médicaments falsifiés en particulier.
Ceci fait pleinement partie de son mandat visant à assurer la qualité, l’efficacité et l’innocuité des médicaments.

La France soutient pleinement le travail effectué par le groupe IMPACT, reconnu par un grand nombre d’Etats membres de cette Assemblée.
Nous continuons de penser que son caractère multidisciplinaire doit être préservé, car il est essentiel à l’efficacité de son action.

La France espère sincèrement que la prochaine session du groupe de travail intergouvernemental permettra une avancée notable sur ce sujet, et avons pleinement confiance en la Présidence zimbabwéenne du groupe pour mener à bien ces travaux. Notre objectif doit consister à les finaliser dès la prochaine session.

Je vous remercie.

publié le 15/02/2016

haut de la page