Déclaration commune sur l’extrême pauvreté

44ème session du Conseil des droits de l’Homme

Déclaration commune du Groupe des Amis sur l’extrême pauvreté

Genève, 7 juillet 2020

Madame la présidente,

J’ai l’honneur de prononcer cette déclaration au nom du Groupe des Amis « Extrême pauvreté ».

Monsieur le Rapporteur Spécial,

Le Groupe des Amis voudrait saisir cette occasion pour renouveler son plein soutien à votre mandat. Alors que la communauté internationale doit faire face aux défis engendrés par la pandémie de Covid-19, les Etats doivent renforcer leur engagement à éradiquer l’extrême pauvreté.

Cette crise sanitaire sans précédent et la crise économique qui risque de lui succéder pourraient exposer encore davantage à l’extrême pauvreté les personnes déjà vulnérables, parmi elles en particulier les enfants et les personnes âgées. Elle renforce les inégalités déjà existantes et nous devons être particulièrement attentifs à ce que les femmes et les filles ne paient pas le prix le plus élevé à cette crise. Par ailleurs, nous devons également tout mettre en œuvre pour éviter le basculement massif dans l’extrême pauvreté de catégories nouvelles de la population qui bénéficiaient jusqu’ici de conditions économiques confortables.

Une réponse uniquement fondée sur le développement économique ne suffit pas. La participation pleine et effective de chacun à la prise de décision, y compris les femmes, les jeunes et les plus vulnérables, est essentielle à la conception de politiques publiques contre l’extrême pauvreté efficaces et garantissant les droits de chacun. Le plein respect des droits économiques et sociaux, par exemple le droit au travail, à l’éducation ou à la santé, sont incontournables pour effectuer des progrès dans ce domaine. En retour, les situations d’extrême pauvreté conduisent à la marginalisation et constituent un obstacle à la pleine réalisation des droits civils et politiques. Comme cela a été proclamé dans l’Agenda 2030 pour un Développement Durable, seule une approche du développement fondée sur les droits peut nous permettre de briser ce cercle vicieux et de bâtir des sociétés inclusives, justes et résilientes, ne laissant personne de côté.

Monsieur le Rapporteur Spécial, en cette troisième décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté dans le monde, plus de 780 millions de personnes demeurent dans une situation de pauvreté alarmante.

Cette question concerne la communauté internationale dans son ensemble. Aussi, le Groupe des Amis souhaite rappeler que la coopération internationale est à essentielle pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés et en particulier l’éradication de la pauvreté sous toutes ses formes avant 2030.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 7 juillet 2020