Débat général - Situation des droits de l’Homme au Mali

22ème Conseil des droits de l’Homme

* * * * * *

Débat général - Situation des droits de l’Homme au Mali

* * * * * *

Intervention de l’Ambassadeur Nicolas Niemtchinow, Représentant permanent de la France auprès de l’Office des Nations unies à Genève

* * * * * *

Genève — Mardi 12 Mars 2013

* * * * * *

Monsieur le Président,

Je m’associe à la déclaration de l’Union européenne et de la Francophonie, prononcée par l’Ambassadeur du Sénégal.

Je remercie la Haut-Commissaire pour son rapport sur le Mali, qui confirme des violations graves des droits de l’Homme dans le Nord, mais aussi dans le Sud du pays. Je salue la présence parmi nous du Ministre malien de la Justice, qui constitue un signal politique fort.

La France a pris ses responsabilités dans le combat pour les droits de l’Homme au Mali. Mon pays a répondu, en concertation avec les instances régionales et les pays voisins, à l’appel au secours d’un pays martyrisé depuis 10 mois, sous le joug obscurantiste des terroristes islamistes. Je remercie les délégations qui ont salué la mémoire des quatre soldats français tombés pour la liberté du Mali.

La réponse rapide apportée par la France doit à présent être poursuivie par les Maliens eux-mêmes, les Africains et les Nations Unies dans le cadre d’une opération de maintien de la paix.

Face aux risques d’exactions et de vengeance, au Nord comme au Sud, du pays, mon gouvernement est particulièrement vigilant. Il ne doit y avoir aucune impunité pour les criminels.

Si les premiers responsables de violations graves des droits de l’Homme sont les groupes terroristes que nous combattons, la vengeance ne saurait jamais être une forme de justice. Nous nous félicitons que les autorités maliennes aient saisi la Cour Pénale Internationale, qui a ouvert une enquête sur les crimes de guerre commis au Mali depuis janvier 2012.

La résolution 2085 du Conseil de sécurité prévoit, depuis décembre dernier, la mise en place d’un mécanisme de suivi du respect du droit international humanitaire et des droits de l’Homme. Nous avons perdu du temps pour ce déploiement. Il faut aller de l’avant de manière plus résolue. Nous appelons à un déploiement rapide et complet d’observateurs des droits de l’Homme des Nations Unies sur le terrain. Nous serions reconnaissants au Haut-Commissariat d’un bilan de ce déploiement et de nous signaler les obstacles éventuels.

Nous appelons à la mise en œuvre rapide d’un processus politique inclusif associant toutes les communautés, y compris celles du Nord du pays, permettant la réconciliation nationale et le retour à un ordre constitutionnel démocratique. Nous soutenons la création de la Commission dialogue et réconciliation. Les femmes doivent également avoir toute leur place ce dialogue national.

La communauté internationale doit rester mobilisée en appui du Mali. Nous soutenons les efforts de la délégation malienne et de ses partenaires africains en vue de l’adoption d’une résolution ambitieuse et courageuse pour cette session du Conseil des droits de l’Homme.

Je vous remercie. /.

publié le 12/03/2013

haut de la page