Croix-Rouge et du Croissant-Rouge - 32e Conférence - Discours

Retrouvez le discours prononcé par le Représentant permanent de la France, l’Ambassadeur Elisabeth Laurin, lors de la 32e Conférence internationale du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

La Conférence internationale du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se réunit pour sa 32e session, du 8 au 10 décembre 2015 à Genève. « Plus haute autorité du mouvement », elle réunit tous les quatre ans depuis 1867 les États parties aux Conventions de Genève de 1949 et les représentants des composantes du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Lieu de dialogue apolitique sur les questions humanitaires, elle est l’occasion pour les participants d’adopter des décisions visant au renforcement du respect du droit international humanitaire, dans le respect des sept Principes fondamentaux du Mouvement – humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.

Retrouvez le discours prononcé par le Représentant permanent de la France auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et des Organisations internationales en Suisse, l’Ambassadeur Elisabeth Laurin, lors de cette 32e Conférence :

"Madame la Présidente,

Mesdames et Messieurs,

La France se joint à la déclaration de l’Union européenne.
Cette 32ème Conférence internationale est l’occasion de célébrer le cinquantenaire des principes fondamentaux du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-rouge. A cette occasion, la France souhaite saluer l’action remarquable du Mouvement, partout dans le monde, et rappeler son attachement à ces principes et au respect du droit international humanitaire.

Cet anniversaire intervient dans un contexte particulièrement difficile ; la multiplication et l’extrême gravité des crises se traduisent, partout dans le monde, par des souffrances inacceptables, des déplacements massifs de populations et de graves violations du droit international humanitaire. Le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la plus grande et la plus ancienne organisation humanitaire mondiale, est en première ligne pour en témoigner et pour porter secours aux victimes.

Madame la Présidente, le Secrétaire général des Nations unies et le Président du Comité international de la Croix-Rouge, dans un appel conjoint inédit fin octobre, ont souligné combien le contexte actuel était marqué par une « inhumanité flagrante ». L’inaction ne peut être une option.

Aussi, la conférence qui se tient aujourd’hui est l’occasion, pour les Etats parties aux Conventions de Genève, de réaffirmer collectivement leur humanité.

Cela passe par un engagement responsable de tous en faveur du respect du droit international humanitaire, trop souvent bafoué. C’est le sens du soutien de la France à l’adoption de la résolution sur le renforcement du respect du droit international humanitaire. La création d’un mécanisme de réunion des Etats, avec la remise de rapports nationaux et des discussions thématiques, marquera notre engagement collectif à renforcer le respect des Conventions de Genève et de leurs protocoles additionnels. Nous appelons tous les Etats à soutenir la création de ce mécanisme.
Il importe aussi de renforcer, de manière concrète, la protection des civils affectés par les conflits armés, en toutes circonstances. La France apporte ainsi son soutien résolu à l’adoption de la résolution visant à renforcer la protection des personnes privées de liberté dans le cadre des conflits armés non-internationaux. Elle salue l’approche consultative adoptée par le CICR.

Madame la Présidente,

Je voudrais évoquer plus spécifiquement certains thèmes :

- Les structures médicales ainsi que les personnels de santé font l’objet d’attaques ciblées et répétées. Plus que jamais, le respect de la neutralité médicale, la protection des blessés et des malades ainsi que celle des personnels de santé, des installations et des transports médicaux, est un impératif. La sécurité et la protection des volontaires le sont tout autant. Le Mouvement peut en témoigner : ses membres ont trop souvent, cette année encore, payé de leur vie leur engagement sur le terrain.

- S’agissant des violences sexuelles et sexistes, l’adoption d’une résolution relative à ces questions en vue d’une action commune en matière de prévention et d’intervention constitue l’un des enjeux de cette Conférence. Il s’agit d’une priorité pour la France. Le CICR et les sociétés nationales sont à même de conduire des actions concrètes, dans les situations de conflit armé, en raison de leur dialogue avec les porteurs d’armes et de leur proximité avec les populations affectées.

- S’agissant de la lutte contre le dérèglement climatique et alors que les discussions se poursuivent à Paris, la France se félicite de l’adoption d’une résolution sur le renforcement des cadres juridiques applicables aux interventions en cas de catastrophe, à la réduction des risques et aux premiers secours. La France a pris, avec la Croix-Rouge française, un engagement particulier sur la lutte contre les effets du dérèglement climatique. Je saisis cette occasion pour saluer la Croix-Rouge française et sa délégation, avec qui nous avons travaillé en étroite concertation pour la préparation de cette conférence.

Madame la Présidente,

La France participe à cette Conférence avec la volonté de promouvoir les principes humanitaires et le respect du droit international humanitaire, et d’apporter une contribution active et constructive. Nous poursuivrons nos efforts en ce sens au cours des prochaines années.

Je vous remercie."

Ci-dessous la version PDF :

PDF - 20.5 ko
(PDF - 20.5 ko)

Pour en savoir plus sur la Conférence internationale du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui se réunit pour sa 32e session, du 8 au 10 décembre 2015 à Genève :

publié le 10/12/2015

haut de la page