Consultation sur l’Initiative Nansen – Intervention de la France (13 octobre).

« La lutte contre les changements climatiques permettra en soi d’éviter que des millions de personnes ne souffrent des effets du dérèglement du climat et soient notamment obligées de quitter leur lieu de vie. C’est un enjeu important de la Conférence de Paris ».

JPEG

* * * * * * * * * * * *



Retrouvez l’intégralité du discours de la France lors de la Consultation sur l’Initiative Nansen, pour la protection des personnes déplacées dans le contexte des catastrophes naturelles et du dérèglement climatique.

Madame la Présidente,
Mesdames et messieurs,

La France tient à remercier les gouvernements de la Norvège et de la Suisse, les Etats membres du groupe directeur de l’Initiative Nansen, ainsi que M. Walter Kaelin, Envoyé spécial pour l’Initiative Nansen, pour avoir conduit les travaux de l’Initiative dont les résultats sont présentés lors de cette Conférence.

Les consultations, qui ont eu lieu dans les régions du monde les plus touchées par les déplacements de population en lien avec les catastrophes naturelles et les effets du dérèglement climatique, ont permis, en premier lieu, de faire avancer la connaissance de ce phénomène.

Les dynamiques des déplacements liés au dérèglement climatique sont réelles : évènements climatiques extrêmes, élévation du niveau des mers, fontes des glaciers, détérioration des écosystèmes, baisse de la production agricole, sécheresse, etc.

Face à ce défi, la communauté internationale doit d’une part agir sur l’atténuation et l’adaptation, d’autre part faire preuve de solidarité pour trouver des solutions pour les personnes obligées de quitter leur environnement en raison des catastrophes naturelles ou d’autres événements liés au climat.

Les accords de Cancun préconisaient l’adoption de mesures propres à favoriser la compréhension, la coordination et la coopération concernant les déplacements du fait des changements climatiques, dans le cadre de l’action engagée pour l’adaptation. Des progrès considérables ont été obtenus, grâce notamment à l’initiative Nansen, et il convient de continuer sur cette voie.

Une meilleure coopération entre les différents mécanismes et initiatives qui traitent de ce sujet permettra également de mettre en cohérence les stratégies en matière de réduction des risques, de réponse humanitaire et d’adaptation au changement climatique.

Madame la Présidente,

Notre ambition, pour la COP21 est d’obtenir un accord historique qui permette de maintenir le réchauffement climatique mondial en deçà de 2°C. La lutte contre les changements climatiques permettra en soi d’éviter que des millions de personnes ne souffrent des effets du dérèglement du climat et soient notamment obligées de quitter leur lieu de vie. C’est un enjeu important de la Conférence de Paris.

Les travaux de l’initiative, que la France a suivi avec la plus grande attention, ont abouti à la présentation d’un Agenda pour la protection des personnes déplacées dans le contexte des désastres naturels et du changement climatique. Cet agenda, qui s’appuie sur les résultats des consultations régionales, établit les trois priorités pour une action future :

- l’amélioration de la connaissance du phénomène et de la collecte des données ;
- la promotion de mesures de protection, qui incluent des mécanismes permettant de trouver des solutions durables, par exemple en harmonisant les approches régionales ;
- le renforcement de la prévention des risques dans les pays d’origine.

Ces priorités doivent permettre à la communauté internationale de mieux anticiper ces déplacements et de définir des actions opérationnelles afin d’y faire face et trouver des solutions durables.

Pour les mettre en œuvre, il sera nécessaire de coordonner les acteurs concernés par ces problématiques, les Etats, mais aussi les organisations internationales, comme l’Organisation Internationale pour les Migrations et le Haut-Commissariat pour les Réfugiés. Je tiens également à souligner l’important travail réalisé dans ce domaine par le Conseil Norvégien pour les Réfugiés.

La France partage les recommandations et les priorités fixées par cet Agenda, conçu comme un guide des bonnes pratiques, et endosse ses principales recommandations ainsi que les priorités fixées pour une action future.

Je vous remercie./.

publié le 04/02/2016

haut de la page