Conseil des droits de l’Homme - intervention de la France

Conseil des droits de l'Homme - intervention de la France

41ème session du Conseil des Droits de l’Homme

Débat général sous point 10

Intervention de la France

Genève, 10 juillet 2019

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président

La France s’associe à la déclaration de l’UE.

C’est grâce à la coopération avec les mécanismes mis en place par les Nations Unies et le Haut-Commissariat que la promotion des droits de l’Homme est la mieux assurée.

Ces mécanismes produisent des résultats, quand les Etats s’engagent pour inscrire les progrès dans la durée. Ainsi, la CICIG, née d’un accord entre l’ONU et le Guatemala, doit poursuivre ses travaux de lutte contre l’impunité.

Nous appelons également à la reprise de la coopération entre les mécanismes internationaux et le Nicaragua, où les accords passés entre le gouvernement et la société civile doivent être intégralement mis en œuvre.

L’assistance des Nations unies favorise la résilience aux crises. La France encourage à ce titre les autorités centrafricaines à poursuivre leur coopération avec la MINUSCA, le HCDH et l’expert indépendant dans le contexte des violences persistantes des groupes armés. La France encourage aussi les autorités du Mali à poursuivre leur coopération avec le HCDH et l’expert indépendant, notamment pour lutter contre l’impunité. Nous appelons également les différents acteurs libyens à la poursuite de leur coopération avec le HCDH ainsi qu’à une désescalade immédiate pour favoriser une reprise des discussions politiques.

Nous appelons le Sri Lanka, où nous regrettons la possible fin du moratoire sur la peine de mort, à mettre en œuvre les recommandations du HCDH et des procédures spéciales, y compris celles relatives à la protection et la promotion des droits de l’Homme dans la lutte contre le terrorisme.

La coopération avec les mécanismes nécessite l’accès aux zones concernées. A cet égard, les mécanismes internationaux doivent pouvoir accéder à la République autonome de Crimée et la ville de Sébastopol, ainsi qu’aux régions géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 23 juillet 2019
Retour en haut