Conférence des donateurs sur la crise des réfugiés rohingyas

Conférence des donateurs sur la crise des réfugiés rohingyas

Intervention de la France

Genève, le lundi 23 octobre 2017

La version prononcée fait foi.

JPEG

Monsieur le Président, Excellences, chers collègues,

Je voudrais remercier le Bureau de coordination des affaires humanitaires, le Haut-Commissariat pour les réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrations, ainsi que le Bangladesh, l’Union européenne, et le Koweït, qui co-organisent cette conférence. Je remercie également le Secrétaire Général des Nations Unies de son engagement pour juguler cette grave crise. Je tiens à saluer le travail remarquable des Nations unies et de ses partenaires humanitaires et féliciter le gouvernement du Bangladesh.

La France est extrêmement préoccupée par la situation que connaît la communauté rohingya. Il est indispensable de mobiliser la communauté internationale pour lui venir en aide. La gravité de la situation a conduit le Président de la République français à dénoncer à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies « un nettoyage ethnique », constat partagé également par le Secrétaire général des Nations Unies et par le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme.

La communauté rohingya est la plus grande population apatride au monde ; elle ne jouit d’aucun droit civique ; est victime de violences régulières depuis des décennies. La crise qui se déroule depuis le 25 août est cependant d’une gravité sans précédent.
Le nombre croissant de déplacés, 589.000, dont 340.000 enfants, fait apparaître des besoins humanitaires très importants, en particulier au Bangladesh qui accueille désormais plus de 800.000 Rohingyas.

Ainsi, la communauté internationale doit soutenir la générosité du Bangladesh.

Pour la France, ce sujet est prioritaire. L’organisation par la France, au titre de sa présidence du Conseil de sécurité, d’une réunion à huis clos autour de M. Kofi Annan, Président de la Commission consultative pour l’Etat de l’Arakan, témoigne de notre engagement.

Nous renforçons, en outre, notre aide aux populations rohingyas, au Bangladesh et en Birmanie. Elle s’élève dorénavant à 4,2 millions € pour l’année 2017.

D’ici la fin de l’année, la France demandera au HCR d’affecter 700.000€ sur les fonds qu’elle lui a versés au titre de l’année 2017. Au total, 1M € auront été alloués au HCR pour assurer la protection des Rohingyas.

Le gouvernement français a également décidé de débloquer 300.000€ supplémentaires pour financer des ONG qui œuvrent au Bangladesh. Notre effort correspond à une dynamique de long terme, qui exprime notre détermination à alléger les souffrances de la communauté rohingya.

Seule une solution pérenne peut empêcher une dégradation continue de la situation humanitaire. Il est donc essentiel d’encourager le gouvernement birman à mettre en œuvre, comme il s’y est engagé, les recommandations de la Commission consultative pour l’Etat de l’Arakan présidée par M. Kofi Annan.

Je vous remercie./.

publié le 03/11/2017

haut de la page