Coalition mondiale pour la prévention du VIH/SIDA

Une coalition mondiale d’Etats membres des Nations unies, de donateurs et de la société civile a été lancée à Genève le 10 octobre, dans le but d’intensifier la prévention contre le VIH.

Cette coalition a été établie à l’initiative du FNUAP et de l’ONUSIDA afin de soutenir les efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le virus du SIDA, dans l’objectif de réduire de 75% le nombre nouvelles infections au VIH d’ici 2020.

Des progrès indéniables ont été réalisés dans la lutte contre le sida au niveau mondial. Pour autant, le nombre de nouvelles infections au VIH stagne depuis plusieurs années, avec près de 2 millions de nouvelles infections par an. Ces nouvelles infections touchent de manière disproportionnée certaines populations clés. Selon les estimations de l’ONUSIDA, environ 45 % des nouveaux cas de VIH dans le monde surviennent chez les populations clés et leurs partenaires sexuels.

La France se félicite de la création de cette coalition mondiale pour la prévention du sida qui vise à accélérer les efforts d’ici à 2020. Il est essentiel de renforcer la collaboration et la coordination entre les différents partenaires de la lutte contre le sida.

La France est un acteur historique de la lutte contre le sida, qui est l’une de ses priorités dans le domaine de la santé mondiale. L’action de la France s’appuie sur un réseau scientifique reconnu, mais également sur son réseau diplomatique. C’est dans ce contexte de forte mobilisation pour la lutte contre le sida, que la France a rejoint la coalition mondiale pour la prévention. La France est pleinement mobilisée afin de faire reculer le nombre de nouvelles infections au VIH au niveau mondial.

  • La France poursuivra ses efforts afin de s’assurer que la prévention du sida, en particulier pour les populations clés, demeure une priorité dans l’ensemble des enceintes internationales compétentes.
  • La France continuera de porter une attention particulière à la promotion des droits de l’Homme dans le contexte de l’épidémie de VIH/SIDA, en particulier le respect des populations clés et la promotion de la santé et des droits sexuels et reproductifs.
  • Dans le cadre des programmes du Fonds mondial et d’UNITAID, la France, en tant qu’important contributeur à ces deux fonds, veillera à ce que la prévention continue de faire l’objet d’une attention prioritaire et de financements suffisants.

publié le 10/10/2017

haut de la page