Climat / COP 21 - Ouverture de la semaine de négociation à Genève.

Le Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, Laurent Fabius, s’est déplacé le 8 février sur Genève à l’occasion de la réunion du groupe de travail international (ADP). Ce groupe est chargé de préparer l’avant-projet d’accord en vue de la conférence "Paris Climat 2015". Les différentes phases de négociations successives doivent permettre, d’ici l’automne, d’obtenir un texte permettant d’aborder la COP21 de Paris dans des conditions propices au succès de la conférence, car c’est la « survie même de la planète qui en dépend ».

JPEG
(de gauche à droite sur la photo : Christina Figueres - Daniel Reifsnyder - Manuel Pulgar Vidal - Laurent Fabius - Ahmed Djoghlaf)


Le Ministre a rappelé que la France s’attachera à promouvoir dans la négociation multilatérale une « Alliance de Paris pour le climat » s’appuyant sur quatre volets :
- un accord juridique universel et applicable à tous ;
- des engagements nationaux portant notamment sur la maîtrise et la réduction des émissions ;
- un volet financier qui garantira la solidarité internationale envers les pays les plus vulnérables ;
- et un « Agenda des solutions », qui vise notamment à mettre en œuvre les accélérateurs qui permettront, au-delà des objectifs contraignants, de garantir des progrès plus ambitieux.

Le Ministre, à l’occasion de ce déplacement, s’est également entretenu avec M. Manuel Pulgar Vidal, ministre péruvien de l’environnement et président de la COP20, Mme Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ainsi qu’avec MM. Ahmed Djoghlaf et Daniel Reifsnyder, co-présidents du groupe de travail « ADP ».

Au titre de la future présidence de la conférence, la France veut être à l’écoute de tous les pays et de toutes les parties prenantes afin d’œuvrer en faveur d’un accord pour tous. C’est la raison pour laquelle elle s’attache à travailler « main dans la main » avec l’actuelle présidence péruvienne de la 20ème conférence des parties.

Les échanges de dimanche 8 février, et ceux de la semaine suivante, conduits, pour la France par l’Ambassadrice « Climat » Laurence Tubiana, doivent permettre d’atteindre l’objectif ambitieux d’un accord international sur le climat, applicable à tous les pays, permettant de maintenir le réchauffement mondial en deçà du seuil de 2°C, afin de limiter les dégâts humains et écologiques liés au dérèglement climatique dû à l’usage des énergies fossiles.

"Il faut qu’on arrive à lutter contre ce dérèglement climatique à la fois pour des raisons environnementales, pour des raisons de capacité de vivre mais aussi pour des raisons de santé et de sécurité". Laurent Fabius - Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International.

Au plan national, la France s’est d’ores et déjà mobilisée pour être exemplaire dans la lutte contre le dérèglement climatique. Le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, adopté à l’Assemblée nationale et actuellement en débat au Sénat, ainsi que les actions concrètes qui l’accompagnent dans les territoires et les entreprises avec les différents outils financiers dont le fonds de transition énergétique visent à l’excellence environnementale. Cette action déterminée de la France a déjà contribué à l’obtention d’un accord ambitieux au plan européen. Au-delà de la légitimité qu’elle procure dans les enceintes européennes et internationales, l’action de la France en matière de lutte contre le changement climatique participe du message de solidarité qu’elle porte dans le monde, les pays et peuples les plus vulnérables étant particulièrement exposés aux conséquences du réchauffement.

En savoir plus :
- Communiqué commun de Manuel Pulgar-Vidal et de Laurent Fabius, Présidents de la COP 20 de Lima et de la COP 21 de Paris (29 décembre 2014) : lire ici :
- Site dédié à la préparation de la COP 21 : lire ici :

publié le 12/02/2016

haut de la page