CDH38 - Dialogue groupé - Droit à l’éducation

PNG

38ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue groupé avec la Rapporteuse spéciale au droit à l’éducation

Intervention de la France

Genève, le lundi 18 juin 2018

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union Européenne.

Madame la Rapporteuse spéciale sur le droit à l’éducation,

Tout en regrettant que votre rapport n’ait pas paru à temps pour que nous puissions en prendre connaissance, la France saisit cette occasion d’échanger avec vous pour saluer votre action et réitérer l’importance fondamentale qu’elle accorde au droit à l’éducation.

L’éducation fait partie des grandes priorités de la France. Nous avons publié l’an dernier notre Stratégie « Education, formation, insertion » pour la période 2017-2021. A travers cette stratégie, la France s’engage en faveur du droit de chacune et de chacun à bénéficier d’une éducation et d’une formation de qualité, tout au long de la vie.

A ce jour, 264 millions d’enfants ne peuvent se rendre à l’école. Notre Président de la République a co-présidé, aux côtés de Macky Sall, , la troisième Conférence du Partenariat mondial, à Dakar en février dernier.

Le Partenariat mondial s’est donné pour ambition de rassembler plus de 3 milliards de dollars pour la période 2018-2020 afin d’aider 67 pays en développement à financer leurs programmes d’éducation et réduire le nombre d’enfants non scolarisés. La France y participera à hauteur de 250 millions, soit une multiplication par plus de 10 de sa contribution antérieure.

L’éducation est au cœur de l’agenda pour le développement durable. Nous appelons à la mobilisation de tous les Etats et tous les acteurs pour cette cause. Nous saluons également le travail accompli par la société civile, par la parution du Code international sur le droit à l’éducation, en décembre dernier, ainsi que par la réflexion en cours sur le projet de principes directeurs des droits de l’Homme pour les acteurs privés dans l’éducation, deux initiatives menées par la société civile.

Madame la Rapporteure spéciale,

Quelle approche préconisez-vous entre action publique, prive et associative pour que le droit à l’éducation puisse être assurée même dans les situations les plus précaires et touchées par les conflits ?

publié le 22/06/2018

haut de la page