CDH37 - Dialogue interactif - Droits de l’Homme au Mali

PNG

37ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif avec l’expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Mali

Intervention de la France

Genève, le mardi 20 mars 2018

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.
M. Baldo, nous vous remercions pour l’engagement dont vous avez fait preuve ces dernières années dans la mise en œuvre de votre mandat.

La France reste très préoccupée par la situation des droits de l’Homme au Mali. En particulier, la situation des femmes et des enfants semble se dégrader. Un trop grand nombre d’écoles restent fermées. La France condamne les violences exercées à l’encontre des civils et des acteurs humanitaires par les groupes armés.

Cette situation entrave l’action du gouvernement du Mali afin de reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire, d’assurer le plein redéploiement de l‘autorité de l’Etat et de permettre le rétablissement des services de base et des institutions judiciaires.

La France soutient l’initiative des pays du G5-Sahel pour combattre le fléau terroriste au Mali et dans la région. Cette initiative intègre l’impératif du respect des droits de l’Homme dans la lutte anti-terroriste, en adoptant un cadre de conformité aux droits de l’Homme et au droit international humanitaire.

La France adresse un appel urgent à toutes les parties pour progresser concrètement et rapidement vers la pleine mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation au Mali. Il s‘agit d’une priorité alors que 2018 est une année clé avec la tenue d’élections.

Les efforts en matière de justice et de lutte contre l’impunité devraient être intensifiés et le système judiciaire renforcé.

Les avancées de la Commission vérité, justice et réconciliation, grâce notamment à l’appui de la Division des droits de l’homme de la MINUSMA doivent être soulignée. Le recueil de plus de 7000 dépositions concourt à la prise en compte de la voix des victimes et de la population, condition nécessaire à un processus de réconciliation inclusif et durable.

Dans ce contexte difficile, l’expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Mali joue un rôle essentiel de suivi et de recommandations au Gouvernement. C’est pourquoi la France soutient le renouvellement de ce mandat à cette session.

Je vous remercie./.

publié le 23/03/2018

haut de la page