CDH34 - Dialogue interactif groupé sur le terrorisme et sur les droits culturels

Intervention de la France

34ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif groupé sur le terrorisme et sur les droits culturels

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Monsieur le Rapporteur Spécial sur la protection des droits de l’Homme dans le cadre de la lutte contre le terrorisme,

Ces six années écoulées au cours de vos deux mandats ont vu le terrorisme frapper partout à travers le monde. La lutte contre le terrorisme constitue plus que jamais une priorité pour la communauté internationale. Pour les Etats d’abord, puisque chaque Etat a le devoir de protéger sa population contre ce fléau. Pour les Nations Unies également, qui ont un rôle important à jouer en matière normative, d’analyse de la menace ou de prévention de l’extrémisme violent. Nous nous réjouissons de la volonté du Secrétaire Général des Nations Unies d’améliorer l’architecture actuelle afin de la rendre plus performante et sommes prêts à soutenir ses efforts pour faire de cette réforme un succès.

Il est essentiel, dans cette lutte que nous menons tous, d’assurer un plein respect des Droits de l’Homme. C’est une obligation sur le plan des valeurs mais aussi une condition de l’efficacité de l’action antiterroriste. Le respect des droits de l’homme est ainsi à juste titre au cœur de la stratégie antiterroriste mondiale adoptée en juin dernier.

Nous devons également traiter avec détermination les causes profondes du terrorisme, de l’extrémisme violent et de la radicalisation, qu’elles soient de nature sociale, économique et politique. C’est dans cet esprit que mon pays élaboré un plan de prévention et de lutte contre la radicalisation qui comprend de nombreuses mesures à mettre en œuvre par toutes les branches de l’administration, en lien étroit avec la société civile.

Monsieur le rapporteur spécial, vous mentionnez la réforme en cours de l’architecture du contre terrorisme aux Nations Unies. Pouvez vous s’il vous plait préciser vos vues s’agissant de la rationalisation des mécanismes existants ?

Madame la Rapporteure Spéciale sur les droits culturels,

La France salue votre rapport sur l’atteinte que constituent le fondamentalisme et l’extrémisme à l’exercice des droits culturels.

Comme vous le rappelez, le fondamentalisme et l’extrémisme reposent dans leur essence sur le rejet de l’universalité des Droits de l’Homme et renient les droits culturels de ceux qui s’opposent à eux.

La Conférence d’Abou Dhabi de décembre dernier sur la protection du patrimoine en péril est un élément important de la réponse de la communauté internationale, notamment par son fonds fiduciaire et son réseau de refuge, afin de lutter contre la destruction et le trafic d’œuvres d’art par le terrorisme et les conflits armés.

Madame la Rapporteure Spéciale,

Quels moyens comptez-vous utiliser, dans l’exercice de votre mandat, pour favoriser l’exercice de la liberté de penser et lutter contre la remise en cause de droits culturels ?

Je vous remercie./.

publié le 06/03/2017

haut de la page