CDH33 - Dialogue interactif sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo.

Retrouvez l’intervention de la France prononcée le 27 septembre 2016 lors du Dialogue interactif sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo.

33ème session du Conseil des droits de l’homme
Dialogue interactif sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo
(mardi 27 septembre 2016)


Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration prononcée par l’Union européenne.

La France remercie le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme pour son rapport sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo.

Le suivi assuré par le Conseil des droits de l’Homme et par le Haut-Commissariat sont essentiels pour soutenir les efforts de la RDC en matière de droits de l’Homme. C’est pourquoi la France est favorable à l’adoption, à cette session du Conseil, d’une résolution qui permette de continuer à accompagner les mesures des autorités congolaises en ce sens, au cours d’une période clé pour la stabilisation durable du pays.

La France est extrêmement préoccupée par les violences perpétrées récemment à l’occasion de manifestations et qui ont entraîné le décès de nombreuses personnes. La France condamne fermement ces violences et appelle l’ensemble des acteurs à la retenue, tout en rappelant aux autorités congolaises leur responsabilité première pour la protection de la population et le respect des libertés fondamentales. La France a pris note de la déclaration du Procureur de la Cour pénale internationale suite à ces violences.

La France partage la préoccupation du Haut-Commissaire sur le rétrécissement de l’espace démocratique dans le pays, et rappelle que le respect des droits de l’Homme est essentiel pour permettre l’organisation d’élections libres et transparentes. Il est crucial que tous les acteurs politiques, ainsi que les journalistes et les défenseurs des droits de l’Homme, puissent exercer librement leurs activités.

La France appelle les autorités congolaises à accélérer la préparation transparente des élections dans le cadre d’un dialogue pleinement inclusif. Elle appelle l’ensemble des acteurs à inscrire leur action dans le cadre de la résolution 2277 du Conseil de sécurité.

La France reste par ailleurs très préoccupée par la persistance de graves violations des droits de l’Homme commises dans l’est du pays.
La France encourage les autorités congolaises, en coordination avec la mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo, à maintenir un engagement déterminé pour lutter contre les violences sexuelles et l’enrôlement d’enfants, et à mettre en place des dispositifs adéquats de soutien médical et psychosocial au bénéfice des victimes.

Les responsables de ces violences, quels qu’ils soient, doivent faire l’objet de poursuites judiciaires : la lutte contre l’impunité est en effet un outil essentiel pour créer un effet dissuasif et, à plus long terme, permettre l’apaisement et la réconciliation. Des avancées importantes au plan national ont été notée à cet égard, avec la transposition en droit national du Statut de Rome et les condamnations pénales de responsables, y compris d’agents de l’Etat. Il faut poursuivre l’action en ce sens, avec constance et détermination.

Le renforcement des structures nationales compétentes favorisera l’amélioration de la situation des droits de l’Homme. C’est pourquoi la France encourage également les autorités congolaises à prendre les mesures nécessaires pour assurer l’indépendance et le bon fonctionnement de la Commission nationale des droits de l’Homme, ainsi que pour renforcer le système judiciaire.

Je vous remercie./.

publié le 27/09/2016

haut de la page