CDH31 - RCA - Dialogue interactif avec l’experte indépendante (21/03/2016)

Retrouvez l’intervention de la France prononcée le 21 mars 2016 lors du dialogue interactif avec l’experte indépendante sur la situation des droits de l’Homme en République centrafricaine

=== 31ème Session du Conseil des droits de l’Homme ===
Dialogue interactif avec l’experte indépendante sur la situation des droits de l’Homme en République centrafricaine

Intervention de la France
(lundi 21 mars 2016)




Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Elle remercie l’experte indépendante pour la présentation de son rapport oral et pour son engagement sans relâche pour l’amélioration de la situation en RCA.

Un chemin considérable a été parcouru depuis la phase aiguë de la crise en 2013. La situation sécuritaire s’est notablement améliorée ces derniers mois mais la vigilance reste de mise car des groupes armés restent actifs sur certaines parties du territoire.

Je tiens à saluer la tenue, dans de bonnes conditions, du premier tour des élections législatives et de l’élection présidentielle. Ces scrutins marquent une avancée supplémentaire vers la fin de la transition et constituent une étape déterminante pour la stabilité du pays et de la région.

La France appelle les autorités centrafricaines et ses dirigeants élus à poursuivre les efforts déjà engagés pour la reconstruction du pays et en particulier concernant les chantiers essentiels du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration (DDR) et de la réforme des secteurs de sécurité (RSS), comme ceux de la lutte contre l’impunité et de la réconciliation.

La France appelle également les autorités centrafricaines à accélérer le redéploiement de l’autorité de l’État et de l’administration judiciaire sur l’ensemble du territoire, pour que les populations soient effectivement protégées contre les violences des groupes armés.

Des progrès dans tous ces domaines permettront également de créer les conditions propices à un retour des réfugiés et des personnes déplacées internes.

La France encourage les nouvelles autorités à poursuivre l’engagement déterminé du Gouvernement de transition en faveur de la lutte contre l’impunité, qui constitue un défi majeur pour le pays.

La promulgation de la loi créant la Cour pénale spéciale a marqué une étape importante. Ces efforts doivent se poursuivre pour que tous les auteurs de violations des droits de l’Homme répondent de leurs actes. Car sans justice, il ne peut y avoir de paix durable. Cet engagement implique aussi d’importants efforts pour rétablir toute la chaîne pénale et pénitentiaire.

Les autorités démocratiquement élues doivent garder le cap et mener à bien le processus de sortie de crise. En cette période cruciale pour le pays, notre mobilisation collective pour appuyer les Centrafricains est essentielle. La France continuera à mobiliser ses partenaires pour accompagner la RCA dans ces chantiers lourds.

Mme l’Experte indépendante, la France souhaite vous poser les questions suivantes :

-  Selon vous, quelles sont les prochaines étapes essentielles pour la mise en place effective de la Cour pénale spéciale ?

-  Les évasions massives de prison lors des violences de septembre-octobre 2015 ont démontré la nécessité d’un rétablissement d’ensemble de la chaîne pénale et pénitentiaire.

Que recommandez-vous à ce sujet ?

Je vous remercie./.

publié le 22/03/2016

haut de la page