CDH31 - Dialogue interactif sur la situation au Mali

Retrouvez l’intervention de la France prononcée le 23 mars 2016 lors du dialogue interactif sur la situation au Mali.

=== 31ème Session du Conseil des droits de l’Homme ===
Dialogue interactif sur la situation au Mali

Intervention de la France
(mercredi 23 mars 2016)




Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

La France remercie l’expert indépendant pour la présentation de son rapport et salue la bonne coopération des autorités maliennes avec l’expert.

La prise en compte des droits de l’Homme dans la mise en œuvre de l’accord de paix est indispensable pour permettre une stabilisation durable du pays.

Dans ce contexte, l’expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Mali joue un rôle essentiel de suivi, en complément de l’action de la Division droits de l’Homme de la MINUSMA. C’est pourquoi la France soutient le renouvellement pour un an de son mandat.

L’accord pour la paix et la réconciliation signé en 2015 constitue une occasion historique pour le Mali. La France salue l’engagement affirmé de toutes les parties à respecter leurs obligations au titre de cet accord, et les encourage à accélérer la mise en œuvre de l’ensemble de ses dispositions.

Alors que le contexte sécuritaire reste fragile, les populations civiles, notamment dans le nord du pays, continuent d’être victimes d’attaques terroristes. Elles continuent également de souffrir des insuffisances du redéploiement des administrations et des services sociaux de base : d’importants progrès doivent être faits pour rouvrir les écoles et rétablir les services de santé, de maintien de l’ordre et de justice.

La France est également préoccupée par les conflits intra et intercommunautaires dont fait état l’expert indépendant dans son rapport, même si nous notons un apaisement significatif de ces tensions depuis l’automne dernier.

Ces éléments témoignent de l’importance d’un travail déterminé en faveur de la réconciliation.

La lutte contre l’impunité est un préalable pour y parvenir : il ne peut avoir de paix durable sans justice.

Il est à ce titre essentiel que tous les responsables de violations des droits de l’Homme, sans exception, répondent de leurs actes devant la justice. A cet égard, la France rappelle l’importance des travaux menés par la Cour pénale internationale, en complémentarité avec les procédures au niveau national, et encourage les autorités maliennes à poursuivre leur coopération avec la CPI.

La France salue l’engagement des autorités maliennes en faveur du respect des droits de l’Homme, et salue en particulier la mise en place de la Commission Vérité, Justice, Réconciliation.

La France invite les autorités maliennes à garantir pleinement les moyens d’action et l’indépendance de cette Commission. C’est en effet indispensable pour garantir sa crédibilité auprès de la population et en particulier auprès des victimes de violations, et pour lui permettre ainsi de remplir efficacement son mandat.

La France rappelle également l’importance de mettre en place dans les meilleurs délais la commission d’enquête internationale prévue par l’accord pour la paix et la réconciliation. Les travaux et le rapport final de cette commission constitueront une contribution essentielle pour faire la lumière sur les responsabilités des crimes commis par le passé et ainsi servir à avancer sur la voie de la réconciliation.

Je vous remercie./.

publié le 23/03/2016

haut de la page