Enjeux de la 31ème session du Conseil des droits de l’Homme

Retrouvez tous les enjeux de la 31e session du Conseil des Droits de l’Homme qui se tient à Genève du 29 février au 24 mars 2016.

JPEG

Déplacement de Jean-Marc Ayrault au Conseil des droits de l’Homme

Le Ministre des Affaires Étrangères et du Développement International est intervenu au débat de haut-niveau le 29 février. Ce déplacement a marqué l’importance que la France attache au Conseil des droits de l’Homme ; institution centrale de la communauté internationale pour la promotion et le respect des droits de l’Homme partout dans le monde. La France qui est membre du Conseil des droits de l’Homme jusqu’au 31 décembre 2016 est candidate à un nouveau mandat pour la période 2018-2020 (plus d’informations sur cette candidature).

De nombreux débats organisés lors de cette 31e session du CDH

Plusieurs débats rythment les travaux de cette session du Conseil des droits de l’Homme, en particulier :

- le segment de Haut-niveau (29 février-2 mars) ;
- un panel de haut-niveau destiné à marquer le 50ème anniversaire des Pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques, d’une part, et aux droits économiques, sociaux et culturels, d’autre part (1er mars) ;
- la discussion annuelle sur les droits de l’enfant (7 mars) ;
- l’intervention de la Commission d’enquête internationale sur la situation des droits de l’Homme en Syrie qui présentera ses derniers rapports au Conseil (15 mars) ;
- le panel sur la prévention de l’extrémisme violent (17 mars), organisé à l’initiative des membres d’un core group dont la France est membre ;
- les panels sur la lutte contre le racisme (18 mars) ;
- les dialogues interactifs sur la situation en Iran, en Birmanie et en Corée du Nord (14 mars), en République centrafricaine et au Burundi (21 mars), en Côte d’ivoire, au Mali et à Haïti (22 mars) ;
- l’échange avec la Mission du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme sur la situation en Ukraine (22 mars) ;
- la présentation du rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme sur la situation au Soudan du Sud (22 mars).

Des crises qui mobilisent pleinement l’attention du Conseil des droits de l’Homme et de la France

Lors de cette 31e session, les crises continuent de mobiliser pleinement l’attention du Conseil des droits de l’Homme et de la France :

- les crises africaines pour lesquelles la France se mobilise, par exemple au Mali et en République centrafricaine, mais aussi au Burundi et au Soudan du Sud où le CDH doit jouer son rôle d’alerte, la situation y étant particulièrement préoccupante,
- les crises en Afrique du Nord et au Moyen Orient, et notamment en Syrie, en Libye et au Yémen. La France porte, avec ses partenaires, une résolution sur la situation des droits de l’Homme en Syrie pour renouveler le mandat de la Commission d’enquête internationale et dénoncer une nouvelle fois les crimes commis par le régime de Bachar El Assad contre son propre peuple et la barbarie de Daech.
- la situation en Ukraine qui fait l’objet d’un débat le 22 mars

Une France mobilisée pour la défense et la promotion des droits de l’Homme

La France continue également de défendre l’universalité des droits de l’Homme, qui ne peuvent souffrir aucune forme de relativisme culturel, et continue d’accorder la plus grande priorité :
- à la lutte contre l’impunité car sans justice, il ne peut pas y avoir de paix durable, à la lutte contre la peine de mort qui n’est pas la justice, mais l’échec de la justice et une atteinte au droit à la vie.
- à la lutte contre toutes les formes de racisme, de discrimination et d’intolérance, qu’elles soient fondées sur l’appartenance ethnique ou religieuse ou l’orientation sexuelle.
- à la protection des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme dont le travail est essentiel pour préserver l’espace de la société civile et contribuer à la pleine jouissance des droits de l’Homme.
- A la lutte contre la torture et autres formes de traitements inhumains ou dégradants
- A la promotion de l’action de la société civile, au travail et à la libre expression des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme, sans qui il ne pourrait y avoir de pleine jouissance de tous les droits de l’Homme.

Enfin, la France co-organise avec le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, les comité des disparitions forcées, le Maroc, l’Argentine et le Japon, un événement sur la question des disparitions forcées le 11 mars à 15h, pour marquer les 10 ans de l’adoption de la Convention des Nations Unies sur cette question. A trois mois du Congrès mondial contre la peine de mort d’Oslo (21 au 23 juin 2016, la France co-parraine également avec l’ONG « Ensemble contre la peine de mort » et les missions d’Australie et de Norvège, le 18 mars à 12h, un événement sur l’abolition de la peine de mort.

Retrouvez l’ensemble des interventions prononcées par la France à l’occasion de cette 31e session du Conseil des droits de l’Homme.

publié le 16/03/2016

haut de la page