CDH31 - Dialogue interactif groupé avec les Représentants spéciaux du Secrétaire Général pour la violence à l’encontre des enfants et les enfants en temps de conflit armé.

=== 31ème Session du Conseil des droits de l’Homme ===
Dialogue interactif groupé avec les Représentants spéciaux du Secrétaire Général pour la violence à l’encontre des enfants et les enfants en temps de conflit armé

Intervention de la France
(mardi 8 mars 2016)



Monsieur le Président,
La France s’associe à la déclaration de l’UE.

Madame la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants dans les conflits armés,
La France salue votre rapport et partage votre analyse selon laquelle les enfants sont trop souvent les premières victimes des conflits armés, qu’ils soient tués ou blessés, enrôlés de forces dans des unités combattantes ou bien empêchés de jouir pleinement de leurs droits, tels que le droit à l’éducation, à la santé ou à l’alimentation.

Si vous relevez certains progrès accomplis au cours des dernières années dans certaines régions du monde, en Colombie notamment, vous soulignez aussi que la recrudescence des conflits conduit, hélas, à une multiplication des menaces qui pèsent sur les droits de l’enfant, ce qui à son tour a des conséquences délétères sur le développement des sociétés concernées en termes de perte de capital humain et de creusement des inégalités, notamment.

Vous formulez dans votre rapport des propositions utiles pour garantir un meilleur respect des droits de l’enfant en situation de conflit. Je pense en particulier à l’importance de poursuivre devant la justice les auteurs de violations des droits de l’enfant, qu’ils soient issus de groupes armés étatiques ou non, qui tuent ou enrôlent des enfants. Je pense aussi à l’appel que vous lancez aux Etats pour qu’ils adhèrent au Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits de l’enfant sur l’implication des enfants dans les conflits armés.

La France souscrit à cet appel. Vous pouvez compter sur la pleine détermination de la France à œuvrer pour le respect des droits de l’enfant, afin qu’ils disposent d’une éducation de qualité et qu’ils puissent devenir, une fois adultes, des ferments de paix et de développement.

Dans votre rapport, vous soulignez l’importance de ne pas juger les enfants impliqués dans des crimes de guerre comme des adultes. Vous soulignez l’importance de tenir compte de leur jeune âge et de privilégier des mesures de réinsertion. Quelles recommandations concrètes souhaitez-vous formuler aux Etats en la matière ?

Madame la Représentante spéciale du Secrétaire Général sur les violences faites aux enfants,
La France salue votre rapport et partage votre appréciation sur le caractère ambivalent des technologies de l’information et de la communication. Comme vous le soulignez, ces technologies offrent des opportunités nouvelles aux enfants pour s’exprimer, se développer et accéder à la connaissance. Mais elles génèrent aussi de nouvelles menaces offrant aux criminels de nouveaux outils pour favoriser l’exploitation sexuelle des enfants, de manière physique ou en ligne.

Vous insistez dans votre rapport sur une nouvelle forme de menace, le cyber harcèlement. Ce dernier est à la fois plus diffus, car il peut toucher tout enfant et il provient d’origines multiples, y compris de personnes du même âge. Mais il est tout aussi destructeur en ce qu’il peut conduire la personne harcelée à commettre des actes désespérés.

Vous formulez des propositions intéressantes pour lutter contre cette nouvelle forme de harcèlement. Vous soulignez le rôle fondamental de l’école dans la promotion d’une « Net étiquette » renouvelée et dans l’éducation des enfants afin qu’ils apprennent à utiliser ces nouvelles technologies, en toute sécurité. La France organise dans les écoles et les collèges des formations à la recherche en ligne au travers de projets personnels et en groupes.

Dans votre rapport, vous appelez à l’élaboration de nouvelles règles pour protéger les enfants du cyber harcèlement. Quel est le cadre qui vous semble le plus approprié pour les développer ?

Je vous remercie./.

publié le 08/03/2016

haut de la page