CDH31 - Développement durable et droits de l’Homme (29/02/2016)

Retrouvez l’intervention de la France prononcée, lors de la 31ème session, au panel annuel de haut niveau du Conseil des droits de l’Homme sur l’intégration des droits de l’homme.

JPEG

L’agenda 2030 pour le développement durable et les droits de l’Homme, avec un accent sur le droit au développement.

Intervention de la France
29 février 2016

Monsieur le Président,

La France souscrit à la déclaration de l’Union européenne et salue la tenue de ce panel consacré au lien entre l’agenda 2030 pour le développement durable et les droits de l’Homme.

L’année 2015 a marqué une étape majeure dans l’inclusion des droits de l’Homme dans les politiques de développement, avec l’adoption en septembre dernier des Objectifs de Développement de Durable. En effet, les droits de l’Homme sont spécifiquement cités dans plusieurs objectifs, en particulier l’objectif 16 visant à promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques, l’accès de tous à la justice et des institutions efficaces.

Cet objectif s’inscrit dans le cadre d’une approche par les droits promue par la France et il souligne le lien intrinsèque entre la bonne gouvernance et le respect des droits de l’Homme, d’une part, et le développement économique, d’autre part.

L’importance accordée aux droits de l’Homme dans l’agenda 2030 apparaît également au travers d’autres objectifs, notamment ceux visant à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités sous toutes leurs formes et partout dans le monde, à promouvoir la santé pour tous ainsi que l’accès de tous les enfants à une éducation de qualité.

Cette multiplicité des références aux droits de l’Homme dans l’agenda 2030 souligne, s’il en était besoin, leur caractère indivisible et interdépendant, auquel la France est particulièrement attachée.

La France tient par ailleurs à souligner l’importance pour chaque Etat d’instaurer un environnement favorable au respect de l’Etat de droit et à la pleine réalisation de tous les droits de l’Homme, pour favoriser le développement durable et une croissance économique forte et inclusive.

La coopération régionale et bilatérale en matière de droits de l’Homme, notamment les échanges de bonnes pratiques, constitue, à cet égard, un outil fondamental pour promouvoir une culture des droits de l’Homme dans une logique de développement durable.

Je vous remercie./.

Seul le prononcé fait foi.

publié le 03/03/2016

haut de la page