CDH31 - Corée du Nord - Dialogue interactif avec le Rapporteur spécial sur la Corée du Nord

=== 31ème Session du Conseil des droits de l’Homme ===
Dialogue interactif avec le Rapporteur spécial sur la Corée du Nord

Intervention de la France
(lundi 14 mars 2016)


Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Monsieur le Rapporteur spécial,

La France vous remercie pour votre rapport et tient à salue votre travail remarquable au cours de ces six dernières années.

Vous soulignez que la situation dramatique des droits de l’Homme en Corée du Nord n’a pas évolué. Elle reste « sans équivalent dans le monde contemporain » pour reprendre les mots du rapport de la commission d’enquête internationale.

La communauté internationale s’est saisie de la gravité des crimes commis en Corée du Nord. Désormais, la situation des droits de l’Homme en Corée du Nord est à l’agenda de ce Conseil mais aussi à celui du Conseil de sécurité. À ce titre, tant votre travail, M. le Rapporteur spécial, que celui accompli par la Commission d’enquête internationale est salutaire. Votre travail nous donne une vue d’ensemble de la mécanique effroyable du régime de Pyongyang pour asservir son peuple. La chape de plomb trop longtemps maintenue sur ce peuple et sur ce pays coupé du monde se soulève.

Il ne serait pas possible d’égrainer aujourd’hui la litanie complète de ces violations qui heurtent la conscience humaine : meurtres, arrestations et détentions arbitraires, recours généralisé à la torture, viols, enlèvements, disparitions forcées – à cet égard, rappelons le chiffre que vous aviez relevé l’an dernier de 200 000 cas de disparitions forcées -, esclavage, trafics d’êtres humains, exécutions extrajudiciaires, entrave à l’accès humanitaire, utilisation de la famine...

Le simple exercice de la liberté d’opinion ou d’expression peut conduire à la mort, y compris chez les dignitaires d’un régime qui s’entre-dévore. Entre 2010 et 2014, 1382 personnes ont été exécutées publiquement, sous les motifs les plus contestables et sans le moindre respect des règles les plus élémentaires du procès équitable.

La folie meurtrière du régime ne semble avoir aucune limite. Qui plus est, ces crimes se commettent dans l’obscurité de la censure. La Corée du Nord est fermée aux organisations de défense des droits de l’Homme, aux médias internationaux, ainsi qu’à vous-même, M. le Rapporteur spécial, à qui les autorités nord-coréennes continuent de manière inacceptable de vous refuser l’accès à leur territoire.

Monsieur le Rapporteur spécial, la France est particulièrement attachée à la lutte contre l’impunité. Au-delà de l’indignation, c’est la seule réponse qui permette la justice et le retour durable de l’Etat de droit. Les responsables des crimes commis en Corée du Nord devront rendre des comptes devant la justice.

Certains des crimes commis et décrits par la Commission d’enquête pourraient être constitutifs - par leur ampleur et leur gravité - de crimes contre l’humanité, au sens du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. La recommandation adressée par la Commission d’enquête internationale visant à déférer la situation à la Cour, mérite toute l’attention du Conseil. C’est dans cette perspective que la France soutient votre proposition d’un groupe d’experts chargés de réfléchir à la question de la reddition des comptes.

La France appelle aujourd’hui solennellement ce Conseil à renouveler le mandat du Rapporteur spécial sur la Corée du Nord, ainsi que l’ensemble de la communauté internationale à rester fermement mobilisée.

La France salue le travail du bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme à Séoul qui a un rôle essentiel à jouer pour collecter des informations sur les violations commises.

Le régime de Pyongyang est placé devant ses responsabilités, face à l’Histoire et au jugement de la communauté internationale. Les violations doivent maintenant cesser. Au lieu de se lancer dans un nouveau cycle de provocations et de répression, le régime nord-coréen doit entendre le message qui lui est adressé et prendre enfin le chemin de l’ouverture, la réconciliation et la paix.

Je vous remercie./.

publié le 14/03/2016

haut de la page