CDH18 - Dialogue interactif sur la situation en Syrie

18ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif sur la situation en Syrie

* * * * * *

Intervention de la France

* * * * * *

Genève — Lundi 19 septembre 2011


* * * * * *

Monsieur le Président,

Je m’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Nos pensées vont vers les familles des victimes de la répression en Syrie et en particulier vers celle du jeune Ghiath Mathar, qui militait pacifiquement et qui a succombé aux tortures infligées.

Le rapport de la mission d’établissement des faits du Haut-commissariat aux droits de l’Homme sur la Syrie est accablant. La Haut-commissaire a fait état de plus de 2.600 morts. Devant le Conseil de Sécurité, elle a clairement indiqué que certains faits d’une extrême gravité pourraient constituer des crimes contre l’humanité.

Le Conseil des droits de l’Homme a pris les décisions qui s’imposaient, en condamnant avec la plus grande fermeté la répression en cours, et en mettant en place des mécanismes destinés à faire la lumière sur les crimes commis. Nous saluons la désignation de personnalités unanimement respectées pour constituer la Commission d’enquête internationale. La tâche qui leur est confiée est lourde et essentielle. Nous attendons que la Commission puisse réaliser les investigations qu’elle jugera nécessaires, afin d’identifier les responsables et les auteurs d’exactions. Ceux-ci doivent répondre de leurs actes devant la justice. C’est un devoir vis-à-vis des milliers de victimes syriennes.

Il faut qu’il soit mis un terme aux atrocités quotidiennement et systématiquement commises sur l’ensemble du territoire par les autorités syriennes contre leur propre peuple. Il faut que la Syrie coopère avec les mécanismes des Nations Unies, qu’elle autorise pleinement l’accès humanitaire à son territoire et qu’elle permette aux journalistes d’exercer librement leur profession.

La communauté internationale doit prendre ses responsabilités afin que cesse l’escalade de la violence, qui écrase le peuple syrien et menace gravement la stabilité régionale, comme l’ont fait les Ministres des Affaires étrangères arabes le 13 septembre dernier en appelant la Syrie à mettre un terme à la répression, aux enlèvements et aux violences.

Je vous remercie./.

publié le 19/09/2011

haut de la page