CDH - Dialogue sur les droits des personnes âgées et le droit à l’eau et l’assainissement

39ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue groupé avec l’Experte indépendante chargée de promouvoir l’exercice par les personnes âgées de tous les droits humains et le Rapporteur spécial sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement

Intervention de la France

Genève, 10 septembre 2018

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président,

Madame l’Experte indépendante,

La France vous remercie pour votre rapport centré sur la lutte contre l’exclusion sociale des personnes âgées.

L’inclusion sociale des personnes âgées représente un enjeu fondamental pour la cohésion de nos sociétés. Dans un contexte d’urbanisation rapide, être attentif à l’inclusion des personnes âgées est essentiel pour structurer et engager l’avenir.

La préservation de la dignité de nos aînés et la promotion de leur qualité de vie sont des préoccupations constantes de la France de la France qui respecte ses engagements dans le cadre du suivi du plan de Madrid. La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement a renforcé le dispositif d’allocation personnalisée d’autonomie pour faciliter le maintien à domicile des personnes de plus de 60 ans et développé l’offre de « résidence autonomie », y compris en milieu urbain. Notre Président a également annoncé une loi visant spécifiquement les risques liés à la dépendance des personnes âgées qui devrait être adoptée l’an prochain.

Madame, quelle mesure proposez-vous pour faire participer activement les personnes âgées aux projets d’adaptation de la ville ?

Monsieur le Rapporteur spécial sur l’eau et l’assainissement,

La France vous remercie d’avoir mis en lumière la nécessité de garantir un droit d’accès à l’eau et à l’assainissement aux personnes déplacées de force. Il s’agit d’un enjeu sanitaire et d’une garantie de la dignité humaine dans des contextes de traumatisme pour les populations déplacées.

Pour répondre aux besoins fondamentaux de ces personnes, la France s’est dotée d’une nouvelle stratégie humanitaire pour les quatre prochaines années, et s’est engagée à tripler le montant de l’aide apportée en ce domaine d’ici à 2022.

La France est également vigilante à ce que le droit d’accès à l’eau et à l’assainissement soit respecté sur son territoire. C’est dans cet esprit que la France est particulièrement attentive à la situation des migrants présents à Grande-Synthe, Calais et dans les environs et met en place les dispositifs nécessaires pour garantir leur bon accès à l’eau et à l’assainissement.

Monsieur le Rapporteur spécial, vous pointez l’importance de faire participer les personnes déplacées aux décisions et notamment aux plans d’accès à l’eau, quelles sont vos orientations pour y parvenir ?
Je vous remercie.

publié le 10/09/2018

haut de la page