CDH 18 - Dialogue interactif sur la situation au Yémen

18ème session du Conseil des droits de l’homme

Point 2 : Dialogue interactif sur la situation au Yémen

* * * * * *

Intervention de la France

* * * * * *

Genève — Lundi 19 septembre 2011


* * * * * *

Madame la Haut Commissaire adjointe,

Madame la Présidente,

En premier lieu, je tiens à saluer le travail accompli par la mission du Haut Commissariat aux droits de l’Homme lors de sa visite au Yémen. C’était un travail nécessaire, qui a mis en lumière la situation particulièrement préoccupante de ce pays.

Des manifestants qui ont voulu faire entendre sans recourir à la violence leurs aspirations légitimes à la démocratie et à la dignité ont été victimes d’une répression disproportionnée et ont payé de leur vie l’exercice du droit de manifester pacifiquement.

Des allégations de torture, d’exécutions arbitraires, d’enrôlement d’enfants-soldats sont mentionnées dans le rapport du Haut Commissariat. La liberté d’expression, la liberté des médias et l’exercice du métier de journaliste sont régulièrement entravés. La méfiance à l égard de la justice décourage les victimes de réclamer des réparations.

Cette situation a contribué à alimenter un climat d’instabilité dont souffre la population tout entière. Celle-ci est victime d’actes visant à la priver de l’accès à ses besoins essentiels et créant une situation humanitaire préoccupante.

Les violations des droits de l’Homme doivent faire l’objet d’enquêtes conformes aux normes internationales. Les responsables et les auteurs de ces violations, de toutes les parties en présence, doivent répondre de leurs actes devant la justice.

Le Yémen a coopéré avec la mission du Haut Commissariat aux droits de l’Homme. Je tiens à saluer cette attitude et à encourager les autorités yéménites à approfondir leur coopération avec les Nations Unies.

La situation ne doit pas rester bloquée. Une solution doit être trouvée pour permettre une transition pacifique, garantissant la sécurité et la stabilité du Yémen et répondant aux aspirations de sa population.

La France soutient sans restriction le plan de sortie de crise du Conseil de Coopération des Etats du Golfe, qui constitue la meilleure feuille de route possible vers cette transition. Nous souhaitons qu’un accord puisse être trouvé sans délais entre toutes les parties.

Je vous remercie./.

publié le 19/09/2011

haut de la page