Assistance humanitaire et protection des populations – Débat organisé par l’ECOSOC (juin 2015).

Le Conseil économique et social (ECOSOC) a clos vendredi 19 juin à Genève son débat consacré aux affaires humanitaires, portant cette année sur le thème de
« l’avenir des affaires humanitaires : vers une plus grande participation, coordination, interopérabilité et efficacité ».

L’ECOSOC a achevé son débat général en adoptant une résolution sur le renforcement de la coordination de l’aide humanitaire d’urgence fournie par les organismes des Nations Unies.

En effet, l’année 2014 a vu se multiplier les graves crises humanitaires, concomitantes et qui ont de plus en plus tendance à durer, mettant le système humanitaire à rude épreuve, à l’instar des drames syrien ou au sud Soudan. Au cours des six premiers mois de l’année 2015, de nouvelles crises politiques sont apparues : Yémen, Burundi, s’ajoutant aux anciennes. Les crises sanitaires lourdes, comme Ebola, ont également tendance à se multiplier et nécessitent une réponse adaptée, ainsi qu’une réflexion sur les réformes structurelles à engager. Enfin, la question des migrants constitue également un défi croissant pour la communauté humanitaire internationale.

Le principal défi reste alors celui de l’accès des acteurs humanitaires aux populations vulnérables. Quelle que soit la nature de la crise, il s’agit aujourd’hui du principal obstacle à l’efficacité de l’assistance humanitaire et de la protection des populations. C’est sur cette question centrale de l’accès que nos efforts communs doivent porter. La France condamne toute les décisions arbitraires qui restreignent l’accès aux populations, et rappelle que ceci constitue une violation du droit international humanitaire.


Retrouvez le discours prononcé par le Représentant permanent adjoint, M. Thomas Wagner, au segment humanitaire de l’ECOSOC :

Word - 15.5 ko
(Word - 15.5 ko)

publié le 04/02/2016

haut de la page