Appel urgent pour le Sahel - Intervention de la France

Appel urgent pour la région du Sahel

Intervention de la délégation française

* * * * * *

Genève — Vendredi 29 juin 2012

* * * * * *

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

La France salue l’initiative du Groupe africain d’avoir organisé cette rencontre pour contribuer à l’information et à la mobilisation de la communauté internationale au sujet de la situation dans la région du Sahel. Je remercie particulièrement S.E. l’Ambassadeur d’Egypte, qui préside le groupe des ambassadeurs africains, pour son engagement personnel à cet égard. Mon pays partage pleinement le souci du groupe africain de faire mieux connaître les enjeux de la crise qui affecte cette région et d’appeler l’attention des donateurs sur l’ampleur des besoins humanitaires et de la réponse à mettre en œuvre.

Le lancement des appels consolidés des Nations Unies pour cinq pays du Sahel, la semaine dernière à Genève, et les informations actualisées fournies à cette occasion ont confirmé la gravité de la situation.

La crise alimentaire touche plus de 18 millions de personnes dans l’ensemble de la bande sahélienne. Certes, les mécanismes d’alerte ont fonctionné et la réponse initiale de la communauté internationale a permis d’atténuer quelque peu les effets de la crise en évitant, pour l’instant, la répétition d’une catastrophe semblable à celle de la Corne de l’Afrique il y a tout juste un an. La mobilisation doit cependant se poursuivre et s’amplifier, alors qu’à peine plus de 40 % des besoins sont couverts à ce stade selon les Nations Unies.

A la crise alimentaire s’ajoutent les conséquences humanitaires de la crise institutionnelle au Mali, que tentent de mettre à profit des entités terroristes pour s’implanter durablement dans la zone et mettre en cause l’existence même des Etats de la région. Cette situation a déjà provoqué le déplacement de près de 400.000 personnes à l’intérieur du pays et dans des pays voisins déjà fragilisés par l’insécurité alimentaire. La France est particulièrement préoccupée par la situation des populations du nord et du centre du Mali, régions qui se trouvent aujourd’hui de facto sous le contrôle de groupes rebelles et d’entités terroristes et auxquelles très peu d’acteurs humanitaires ont accès.

La dimension régionale et multidimensionnelle de la crise appelle une stratégie globale pour le Sahel de nature à répondre à des enjeux à la fois politiques, sécuritaires, humanitaires, de développement et de droits de l’homme qui sont liés. La France soutient pleinement les efforts déployés à cette fin par le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’ouest, M. Saïd Djinnit, et l’implication du Coordinateur humanitaire régional, M. David Gressly, dans cette démarche.

Parmi ses objectifs, cette stratégie pour le Sahel devra notamment porter une attention particulière, en cohérence avec les plans nationaux établis par le gouvernements concernés, à la relance d’une agriculture vivrière de nature à réduire la vulnérabilité des populations sahéliennes et limiter la récurrence des crises alimentaires dans la région. Je salue à cet égard le « Partenariat pour la résilience face aux crises alimentaires au Sahel », noué à l’occasion de la réunion de haut niveau qui s’est tenue à Bruxelles le 18 juin dernier.

S’agissant de la réponse humanitaire d’urgence, la France a d’ores et déjà mobilisé à titre national, outre sa contribution à l’effort européen, 18 millions d’euros (environ 23 millions de dollars) depuis le début de l’année. Une nouvelle augmentation significative de l’aide alimentaire du Gouvernement français en faveur des populations affectées par la crise, y compris au nord Mali, sera annoncée prochainement.

Au-delà de la réponse humanitaire d’urgence, la France continuera à œuvrer à la mobilisation de l’Union européenne et du Conseil de sécurité des Nations Unies en faveur du Sahel, en appui à l’action de l’Union africaine, de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et des autorités maliennes, et en étroite concertation avec elles. Le Ministre français des Affaires étrangères a nommé un Représentant spécial pour le Sahel, qu’il a chargé de lui remettre un plan d’action pour la région.

Je vous remercie de votre attention.

publié le 29/06/2012

haut de la page