Améliorer la gestion des crises sanitaires internationales

Les Nations Unies veillent à l’amélioration de la gestion des crises sanitaires internationales. C’est ainsi que la résolution « Santé mondiale et politique étrangère » a été adoptée, par consensus, le 17 décembre par l’Assemblée générale des Nations Unies.

JPEG

Cette résolution a été présentée par le Sénégal au nom du groupe « Diplomatie et santé ». Ce groupe est une initiative lancée en 2006 par les Ministres des affaires étrangères français, norvégien, brésilien, indonésien, sénégalais et thaïlandais pour accroitre l’attention portée aux enjeux de santé mondiale dans le domaine de la politique étrangère.

Faisant écho à l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, le texte adopté se situe à la croisée des enjeux humanitaires et de santé publique. Il fait suite à l’adoption en septembre 2014 d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies qui qualifiait, pour la première fois de l’histoire, une épidémie de menace à la paix et à la sécurité internationales.

La résolution « Santé mondiale et politique étrangère » met en avant la dimension multisectorielle et multi-acteurs de la gestion des crises sanitaires internationales.

Cette résolution ne se limite pas à la seule question de la réponse aux crises mais elle inclut au contraire les notions de prévention et de préparation, portées notamment par les instances genevoises.

Le texte s’inscrit dans le contexte de l’Agenda du développement durable. Il rappelle l’importance de l’application du Règlement Sanitaire International, mais aussi le nécessaire renforcement des capacités en matière de surveillance épidémiologique, les besoins en matière de ressources humaines en santé, ou encore la promotion de la couverture universelle en santé. Cette résolution met donc l’accent sur nombre de priorités qui participent au renforcement global des systèmes de santé.

La réponse à l’épidémie d’Ebola a fait l’objet de nombreuses évaluations, dont certaines sont encore en cours. L’objectif est de proposer des recommandations pour améliorer la gestion des crises et la préparation face aux épidémies au niveau national, régional ou international et à leurs possibles impacts sur les différents secteurs de la société.

Le 29 octobre 2015, la France a ainsi organisé une conférence internationale consacrée au retour d’expérience (RETEX) de la crise Ebola, afin d’amener la communauté internationale à se doter d’outils de gestion de crise et à atteindre des capacités de résilience de niveau adapté

publié le 11/01/2016

haut de la page