Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit

L’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (ALIPH) a pour objectif de protéger le patrimoine culturel menacé par les conflits.

JPEG

Une organisation récente, créée en 2017 et implantée à Genève

L’organisation a été créée en mars 2017, en réaction à la destruction massive, ces dernières années, d’un patrimoine remarquable, souvent millénaire, notamment au Sahel et au Moyen-Orient.

Cette fondation de droit suisse, basée à Genève, bénéficie du statut d’organisation internationale.

Les missions de l’ALIPH

L’ALIPH, dont l’acronyme désigne la première lettre de l’alphabet arabe, a trois principaux domaines d’intervention :

- la protection préventive du patrimoine, pour atténuer les risques de destruction

- les mesures d’urgence pour assurer la sécurité du patrimoine

- les actions post-conflits pour que les populations puissent à nouveau profiter de leur patrimoine culturel.

La fondation a par exemple participé au projet de réhabilitation du musée de Mossoul en Irak, à la restauration du tombeau des Askia, à Gao au Mali, ou encore à celle du monastère de Mar Behnam, dans le nord de l’Irak.

La France est un membre fondateur de l’ALIPH

L’ALIPH a été créée en 2017 à l’initiative de la France et des Emirats arabes unis.

L’ALIPH rassemble aujourd’hui, outre ses deux co-fondateurs la France et les Emirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Luxembourg, le Maroc, la Chine et la Suisse, ainsi que des personnalités et institutions de la société civile.

Mme Bariza Khiari est la représentante de la France au Conseil de fondation dont elle en est la vice-présidente.

Pour en savoir plus sur l’ALIPH, consultez leur site internet : https://www.aliph-foundation.org/fr

publié le 16/01/2019

haut de la page