30e anniversaire de l’adoption de la Convention contre la torture.

PNG
A l’occasion du trentième anniversaire de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies de la Convention contre la torture et autres traitements ou peines cruels, inhumains ou dégradants, la France rappelle que la torture reste une réalité pour des milliers d’enfants, d’hommes et de femmes, victimes de la répression de régimes criminels en Syrie et ailleurs, ou des exactions infâmes de groupes terroristes.
Des opposants politiques, des militants des droits de l’Homme, des journalistes, des travailleurs humanitaires, des personnes stigmatisées en raison de leur orientation sexuelle, ou des détenus de droit commun, en sont encore les victimes.

La France reste mobilisée et appelle les États qui ne l’ont pas encore fait à rejoindre la convention contre la torture ainsi que son protocole facultatif.

publié le 11/12/2014

haut de la page